Libres d'Apprendre et d'Instruire Autrement
Libres d'
Apprendre et d'Instruire Autrement





L'association
Fonctionnement
Activités

Adhérer

Nous contacter

Actualités   

Rencontres
Groupes locaux


Forum    

Liens 




Ils ont dit



Marie-François-Oscar Bardy de Fourtou  sur l'obligation d'instruction
Geneviève Delaisi de Parceval sur le dépistage des troubles comportementaux chez le petit enfant
Ségolène Royal  sur la nécessité de rendre l'école obligatoire
Nicolas Sarkozy  sur le fait que l'école est obligatoire... ce n'est pourtant pas ce que dit la loi...






Marie-François-Oscar Bardy de Fourtou
sénateur de la Dordogne
lors de la séance publique du 3 juin 1881 relative à  l'obligation d'instruction :


"... le principe de l'instruction obligatoire est moins en cause, malgré le titre du projet de loi, que la liberté d'enseignement et la liberté de conscience elle-même...
[...]
L'obligation scolaire apparaît comme le procédé mis en oeuvre pour répandre un enseignement particulier, spécial, déterminé, comme l'instrument de coercition tenu en réserve pour imposer à l'enfant un enseignement d'Etat placé par un monopole de fait à la fois déguisé et violent, au-dessus de toutes les concurrences et de toutes les rivalités...
[...]
Le premier (péril), c'est que, de fait, elle érige en monopole l'enseignement de l'Etat...

[...]
"Vous confisquez subrepticement ces libertés au nom de cette conception sauvage dont votre Danton a donné la formule et qui arrache l'enfant au père pour le donner à la République..."

Retrouvez ces propos sur le site du Sénat


Retour


-----------------------------------------



Geneviève Delaisi de Parceval
psychanalyste, formée à l'anthropologie
en  réponse au projet de dépistages des troubles comportementaux chez le petit enfant pour prévenir la délinquance

"Actuellement, ni spécialistes, ni institutions ne sont en mesure de délivrer de tampon de bonne parentalité. Il est dérisoire de vouloir stigmatiser par avance parents ou enfants : sur quels critères ? Avec quels outils ?
La tendance contemporaine est à l'adaptation, au formatage . On recherche une hyper normalité, avec le risque de créer ce que le psychiatre Christophe Dejours appelle des "normopathes"."



Retour


-----------------------------------------


Ségolène Royal
alors ministre déléguée chargée de l'enseignement scolaire
lors de la séance sénatoriale du 29 juin 1998 au Sénat, portant sur le projet de loi relatif au renforcement de l'obligation scolaire


"S'agissant, tout d'abord, du droit de l'enfant à l'instruction, je veux rappeler à mon tour, après M. le rapporteur, que plusieurs milliers d'enfants échappent chaque année à l'école de la République. Bien souvent, au nom de l'instruction dans la famille, ces enfants sont maintenus dans un état d'inculture, d'ignorance, ou, pis encore, embrigadés, aliénés, maltraités.
[...]
Si, au XIXe siècle, était prévue la possibilité d'instruction dans les familles, c'est parce que le réseau d'écoles que nous avons aujourd'hui n'existait pas.
Il ne faut donc plus permettre que cette possibilité offerte par la loi soit détournée de son objet ou utilisée pour mettre en péril le droit de l'enfant à l'instruction.
[...]
Il ne faut pas que la présente loi ait un effet contraire à celui qui est recherché et que, en réglementant la scolarisation dans la famille, celle-ci se trouve banalisée, voire encouragée
[...]
En conclusion, je voudrais souligner que la scolarisation des enfants doit être la règle parce que la personne humaine exige, pour s'élever à sa dignité, d'être éduquée à la citoyenneté, de connaître et de rencontrer l'autre dans sa différence et dans son égalité dès le plus jeune âge, d'accéder au savoir et à la connaissance pour résister à l'obscurantisme.
Interdire à l'enfant cette expérience fondamentale, c'est l'exclure de l'humanité, c'est le soumettre aux hasards des influences, c'est le rendre plus vulnérable en le faisant moins libre."

Retrouvez ces propos sur le site du Sénat

Sur son blog

"Nous voulons que l’école, avec la culture et les valeurs qu’elle véhicule, avec son rôle social, reste l’un des socles de notre société. Nous devons donc réussir à restaurer cette fonction d’égalité de tous devant l’éducation."

Retrouvez ces propos sur le blog de Ségolène Royal


Retour


-----------------------------------------


Nicolas Sarkozy
alors président de l'UMP et ministre de l'Intérieur
lors d'une réunion des nouveaux adhérents, au sein de l'UMP


"L'école est obligatoire, on ne demande pas l'avis de celui qui ne veut pas y aller. Il y va comme des générations avant et après lui. On va à l'école parce que c'est son devoir, parce que c'est un droit, mais on y va. On apprend ce que l'on a à apprendre et lorsque l'on est assez grand, c'est-à-dire après 16 ans, on décide de ce que l'on fait, mais pas avant. Ce n'est pas un choix.
L'absentéisme scolaire doit être sanctionné et lorsqu'une famille ne met pas ses enfants à l'école, les allocations familiales doivent être mises sous tutelle, parce que sinon elles ne servent à rien."

Retrouvez l'intégralité du discours sur le site de l'UMP


A noter l'article L131-2 du Code de l'Education :
L'instruction obligatoire peut être donnée soit dans les établissements ou écoles publics ou privés, soit dans les familles par les parents, ou l'un d'entre eux, ou toute personne de leur choix

=> l'école n'est donc pas obligatoire !





Connaître l'IEF
De 1882 à nos jours
Chiffres / Etudes
Textes de loi
Formalités
Documents
Témoignages
Questions fréquentes
IEF dans le monde

IEF et Media

Personnalités
Ils l'ont dit
Ils l'ont vécu