LAIA - Mémoire sur l'instruction en famille - Extrait - Apprendre à lire en famille Libres d'Apprendre et d'Instruire Autrement
"Qui a eu cette idée folle un jour d'inventer l'école ?
L'instruction en famille en France"


Master 1 Sciences de l'Education, Université Lille 3, juin 2005
Elisabeth Walter


Apprendre à lire en famille

J’ai choisi de m’arrêter sur l’apprentissage de la lecture chez les familles non scolarisantes car c’est au sein de l’Education Nationale un des enseignements les plus sujets à débat (méthode globale, méthode syllabique, livres polémiques, etc.). C’est aussi un enseignement symbolique : savoir lire c’est avoir accès à l’écrit et donc à la connaissance; à l’inverse une mauvaise maîtrise de la lecture c’est l’échec scolaire assuré (...)
Les parents non scolarisants ne s’encombrent pas de théories sur l’enseignement de la lecture : ils ne sont ni pour ni contre les méthodes globales ou syllabiques, mais utilisent ce qui convient à leurs enfants. Au sein d’une même famille, on peut donc trouver des méthodes différentes.

Il serait impossible de recenser toutes les méthodes et ressources employées par les parents non scolarisants pour instruire leurs enfants. Généralement, ces méthodes diffèrent de celle de l’école, l’hétérogénéité des âges au sein d’une même famille, la prise en compte des intérêts des enfants et le nombre limité d’enfants permet une innovation et une audace difficilement concevables dans une classe (de plus ce sont leurs  enfants, pas les enfants des autres). Certaines familles innovent, en créant par exemple un « journal d’enfants ». D’autres reprennent à leur compte ce qui leur plaît dans l’école (comme les rallyes-lectures par exemple).
Selon la famille, les apprentissages sont plus ou moins formels. Mais c’est toujours différent de l’école car le choix reste possible entre différentes formes d’apprentissage. Et le plus souvent, l’enfant peut choisir entre ces différentes formes : l’enfant est véritablement acteur de ses apprentissages. Si l’on voulait reprendre la célèbre formule de l’Education Nationale (et sujette à débat), l’enfant est au centre non pas du système scolaire, mais du système éducatif choisi par ses parents.