LAIA - Témoignage - Pour ceux qui doutent Libres d'Apprendre et d'Instruire Autrement
Pour ceux qui doutent...


F. est rentrée à l'école en septembre 2002 en petite section, elle n'avait pas encore 3 ans. Pour son père et pour moi, il n'y avait pas d'alternative, l'école était le passage obligatoire afin de devenir plus tard un adulte épanoui. Nous ne connaissions que ce mode d'instruction.
Mon mari avait détesté l'école autant que moi, j'avais adoré... Il était impensable, pour moi, d'imaginer que l'école ne pourrait pas apporter tout ce dont un enfant a besoin : instruction, amis, épanouissement personnel, découverte du monde extérieur, confrontation aux difficultés de la vie en communauté, etc....
 
La petite section s'est bien passée, enfin, du point de vue de la maman "non consciente" de l'époque, qui ne se posait alors aucune question. F. prenait le bus le matin, allait à l'école toute la journée et une nounou la récupérait le soir à la garderie pour la garder à la maison en attendant que je rentre du travail.
 
A la rentrée suivante, ne travaillant plus, j'ai allégé la journée scolaire de F. ... elle prenait toujours le bus le matin, mangeait toujours à la cantine, mais n'allait plus à la garderie le soir. Je la récupérais, un peu paniquée de devoir passer 2h de plus avec elle, à 16h30...
 
C'est en novembre puis décembre de cette année-là que les choses ont commencé à m'inquiéter. Plusieurs convocations de la part des maîtresses de F. (elle en avait 2) pour nous dire qu'il y avait un problème... que F. n'était pas attentive, qu'elle avait un retard de langage, qu'elle ne suivait pas bien en classe (moyenne section), qu'elle avait du mal avec ses fiches, qu'elle était renfermée (heu... vous êtes certaines de parler de la même F. ???, le petit démon que j'ai à la maison ???)...
 
Ces rendez-vous ont commencé à alerter mon coeur de maman, toujours pas "consciente" des besoins de sa fille... L'école, ben, il fallait qu'elle s'y fasse puisque c'est obligatoire !!! Comment peut-elle ne pas aimer l'école ??? C'est génial pourtant ???
 
Je commence à aller sur des forums de parents pour essayer de comprendre ce qu'il se passe. Et là... d'un coup, on me dit qu'il n'y a pas que l'école et qu'un enfant peut être instruit en famille, chez lui, en suivant son rythme...
 
Je lis les messages et je me dis "mais ils sont barges ces gens-là !!! Il faut être complètement inconscients pour enfermer des enfants à la maison, les faire travailler, les enlever de l'école... c'est quoi ces marginaux ???" et je claque la porte aux discussions.
 
Décembre passe... janvier arrive et F. tombe très malade (plusieurs jours à 40° de fièvre, elle maigrit beaucoup, dort de plus en plus...). Le matin, je n'arrive plus à la réveiller, elle veut faire la sieste mais à l'école, ils refusent de la prendre parce qu'à 4 ans, ben on ne fait plus la sieste... Je vois ma puce s'éteindre de plus en plus, ne plus sourire, ne plus jouer, s'endormir pendant le goûter...
 
Un soir, alors qu'elle est dans sa chambre, je l'entends jouer avec ses peluches... elle joue à l'école.
 
    - "tu es vilain, méchant... je déchire ton travail et tu es puni... monte sur la table, mets les mains sur la tête et dis devant tout le monde que tu vas balayer les rues plus tard parce que tu es un âne à l'école !!!" et tout ceci en hurlant !!!
 
Mon coeur s'arrête ! J'entre dans la chambre, je demande à F. ce qu'elle fait et elle me répond qu'elle joue à l'école et qu'elle fait comme une de ses maîtresses... puis elle fond en larmes en me disant que son travail va toujours dans la poubelle, qu'elle est nulle, qu'elle ne sait rien faire et que l'école c'est trop dur.
 
Je fonds en larmes avec elle et je demande un rdv avec une de ses maîtresses (celle que F. aime) pour parler de l'autre maîtresse (elles sont à mi-temps).
 
Nous nous apercevons que les deux maîtresses ne s'entendent pas, qu'elles ne suivent pas le même programme... que F. se renferme de plus en plus sur elle. En discutant avec d'autres parents, nous nous rendons compte que plusieurs enfants sont terrorisés par leur maîtresse... des mamans, voisines de l'école, nous confirment les cris incessants de l'institutrice, les humiliations...
 
F. est toujours très fatiguée et une prise de sang nous confirme qu'elle a une mononucléose infectieuse. Nous la retirons de l'école afin qu'elle puisse se reposer, et surtout retrouver la joie de vivre.
 
Je ne suis toujours pas prête à entendre parler d'instruction en famille (ah la la, ce poids de l'éducation, de notre passé...). Mais j'entends F. et je la laisse souffler.
 
Toujours dans la peur de lui faire prendre du retard, je commence à m'interroger sur la manière de continuer le programme pendant sa convalescence à la maison afin qu'elle ne soit pas perdue à la rentrée prochaine... Je recontacte alors une personne qui m'avait dit comment elle fonctionnait avec sa fille (mais je ne me sens pas prête à assumer les cours de moyenne section !!!). Je commande les cours Hattemer Maternelle 1 et nous suivons le programme jusqu'au mois de juin.
 
Entre temps, je rencontre plusieurs familles qui font l'école à la maison dans mon secteur. Au départ, je les trouve un peu "bizarres"... dans le sens où je ne comprends pas que l'on puisse "choisir" de faire l'école à la maison.
 
Puis petit à petit, mon coeur et mon esprit s'ouvrent, je suis prête... l'organisation avec F. n'est pas encore au top, nous tâtonnons, je deviens une pro du surfage sur internet (sites, pédagogie, listes de discussions)... je dévore les expériences des unes et des autres concernant l'instruction en famille... avec mon mari , nous participons à des rencontres.
 
Notre vie est en train de changer... !
 
Les vacances d'été passent, septembre approche et nous décidons de continuer l'aventure de l'instruction en famille pour la grande section (toujours avec des cours par correspondance - ça me rassure, ça rassure le papa, ça rassure la famille...).
 
Et voilà, désormais nous sommes en CP (je dis nous, parce que j'ai vraiment l'impression de faire partie de cette instruction commune si enrichissante), et nous nous dirigeons avec beaucoup de sérénité vers le CE1 toujours à la maison.
 
La seule chose que je regrette encore, c'est de ne pas avoir le courage de lâcher les cours par correspondance... mais qui sait, un jour peut-être ???
 
Je remercie chaque jour ma fille pour ces moments si riches qu'elle m'apporte. Je la remercie pour m'avoir guidée dans ce chemin merveilleux de l'instruction en famille, et finalement, je remercie quelque part l'instutrice tyrannique qu'elle a eue en moyenne section, elle nous aura également guidés (par la force des choses) vers la scolarisation à la maison.
 
Un grand merci aussi à tous ceux qui me paraissaient si "bizarres", à mes amies qui m'ont aidée dans mon cheminement personnel, sans jugement, en douceur, en acceptant mes peurs et en répondant avec tant de patience à toutes mes interrogations (S. , A. , V. , C. , ...)
 
A F. ... ma lumière quotidienne